Parution de la revue de mars 2017

revue107La revue numéro 107 vient de paraître.

Au sommaire :

  • Carnet
  • Manifestations
  • Notes sur la Revue 105
  • Edito du président
  • Nouveaux adhérents
  • Nouveaux relevés
  • Décès à Matha
  • Regnauld de St Jean
  • La Charlotterie
  • Baptême d’une gabarre
  • Les églises de Pons
  • La famille Delataste
  • Migrants du Limousin
  • Mariés en Charente
  • Cousinage Barbotin
  • Les Tourneur, notaires royaux

 

ÉDITO DU PRÉSIDENT

Suite à une divergence de vue concernant l’accord de réciprocité et autres motifs, le Conseil d’Administration du CGS, lors de sa séance en date du 11 février 2017, a décidé de quitter l’Union Poitou Charentes Vendée avec effet immédiat. Cet accord avait été signé le 1er mai 1999 à Niort entre le Cercle Généalogique Poitevin, le Cercle généalogique des Deux-Sèvres, et les trois cercles de Charente-Maritime ; puis ce sont intégrés l’Association Généalogique de la Charente, et le Cercle Généalogique Vendéen.

Nous restons affiliés à la Fédération Française de Généalogie ; ainsi, nous demandons et serons intégrés dans le collège C. Je rappelle que la Fédération est l’interlocutrice auprès des hautes institutions publiques représentant ainsi nos associations.

À propos de la Fédération, le 1er février dernier, le bureau nous adressé un message de 3 pages titré : « Quelles relations entre archives, associations et secteur marchand en 2017 ? » Il est consultable sur leur site : www.genefede.eu

Dans sa séance du 14 janvier 2017, son bureau avait mis à l’ordre du jour l’ouverture du site Filae.com, anciennement Notrefamille.com, et les réactions que cette ouverture a suscitées tant dans le monde associatif qu’auprès des archivistes. Un mois plus tôt, au cours d’un entretien entre le Président de la FFG et le directeur du SIAF (Service interministériel des archives de France), la discussion avait porté sur l’équilibre entre les missions des archives, le travail des associations et la place prise par le secteur marchand en ligne. Des lois sont votées comme la loi Valter du 28 décembre 2015 ; des contradictions apparaissent.

La généalogie serait-elle devenue une marchandise ? On ne peut que le croire.

Ces sociétés commerciales, d’où provient leur documentation, à part des actes d’état civil anciens ou nouveaux ? Souvent le fruit des associations bénévoles, d’un travail de fourmi entamé depuis de nombreuses années. J’entends régulièrement des généalogistes dire avoir trouvé des renseignements sur le net. En cause, ceux qui mettent leur généalogie – parfois une course à la plus lointaine ascendance – sans vérification des données ni leurs sources pour certains.

Sans forcément le vouloir, ils pillent le travail des associations ; à ce rythme effréné, quel avenir pour les cercles ? Vont-ils survivre ? En ligne, les données du CGS sont consultables via le réseau non lucratif Geneabank, association affiliée à la FFG. D’autres associations, aussi membres, ont des contrats avec une ou plusieurs sociétés commerciales en ligne, payantes cela va de soi, sans oublier le réseau Bigenet de la Fédération.

La FFG déplore ne pas être informée lors de ces contrats ; mais on n’hésite pas à faire appel à elle lorsque survient un accroc.

En ce qui nous concerne, l’année 2016 a été fructueuse en nombre d’adhérents, ce qui est certainement dû à l’action que nous menons depuis quelques années ; 2017 commence sous les meilleurs auspices et nous vous remercions de votre confiance.

Sur notre répertoire annuel que vous recevrez tous prochainement, vous trouverez les précisions indiquées sur le procès-verbal de l’assemblée générale, pour celles et ceux qui n’y ont pas assisté.

Je vous souhaite une bonne lecture de cette revue, qui ne peut exister que grâce à vos envois d’articles, et autres travaux personnels.

Christian SIGURET

Dernière minute : Nous apprenons que le Conseil d’État vient de casser l’arrêt favorable au département de la Vienne qui refuse la réutilisation, à titre onéreux, de ses fonds numérisés. La porte est ainsi ouverte à la commercialisation pour tous les départements.

PartagerEmail this to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+